1. Accueil
  2. Évènements
  3. Test de "God of War : Ragnarök" : une aventure spectaculaire à la hauteur des attentes
5 min de lecture

Test de "God of War : Ragnarök" : une aventure spectaculaire à la hauteur des attentes

ON Y A JOUÉ - Kratos, le guerrier à la peau marmoréenne, revient sur PlayStation 5 pour nous en mettre plein la vue dans une aventure périlleuse. Le jeu de Santa Monica Studio fait-il mieux que son prédécesseur sorti en 2018 ? Réponse dans notre test garanti sans spoiler.

Atreus et Kratos dans "God of War : Ragnarök" sur PlayStation 5
Atreus et Kratos dans "God of War : Ragnarök" sur PlayStation 5
Crédit : Sony
Nassim Aziki
Nassim Aziki

Kratos est de retour. Le guerrier à la musculature imposante débarque dans une nouvelle aventure - la suite directe de God of War sur PlayStation 4 - absolument démente et dans laquelle il se retrouve confronté à une terrible menace (probablement la plus importante de sa vie). Après nous avoir livré un épisode quasi-parfait en 2018, amplement salué par la presse et le public, qui mettait en lumière un nouveau contexte mythologique et historique, Santa Monica Studio dévoile (enfin) cette suite tant attendue sur PlayStation 5. 

Bénéficiant des capacités techniques de la dernière console de Sony, ce nouvel épisode - que Fun Radio a pu tester pendant de nombreux jours bien avant sa sortie - nous a époustouflé de bout en bout. Une histoire solide, un univers merveilleux, une réalisation impressionnante. God of War : Ragnarök est sans nul doute l'une de nos expériences vidéoludiques les plus mémorables de ces récentes années. 

Pour autant, est-elle aussi marquante que l'aventure proposée en 2018 ? Fun Radio vous livre son avis sur cet (ultime ?) épisode des aventures de Kratos que nous avons pu tester dans sa mouture PlayStation 5 bien que le jeu soit également disponible sur PlayStation 4 (que nous n'avons pas essayé). 

Une réalisation époustouflante

Pouvions-nous douter un seul instant du talent de Santa Monica Studio à nous livrer un jeu encore plus beau que celui paru il y a quatre ans ? Force est de constater que non. God of War : Ragnarök est probablement le jeu PlayStation 5 le plus abouti visuellement au moment où nous écrivons ces lignes. Et pour cause, le studio de développement américain est allé encore plus loin pour nous ébahir devant notre écran. Le titre est terriblement beau tout comme l'épisode de 2018. Il prend le meilleur de celui-ci pour le magnifier. Effets de lumière, panoramas, modélisation des visages, expressions faciales des personnages, animations lors des combats. Les différents royaumes parcourus sont d'une beauté abyssale. God of War : Ragnarök est une véritable réussite de ce point de vue-là. La direction artistique est une fois de plus maîtrisée de façon brillante. 

Plus encore, le jeu nous offre de beaux moments épiques grâce à des séquences de jeu particulièrement jouissives, toutes portées par une mise en scène grandiloquente. On se sent parfois minuscule au milieu des environnements gigantesques très variés qui sont proposés. De la même manière que dans l'épisode paru en 2018, cette suite se présente comme un long plan-séquence où il n'existe guère d'interruption (sauf lorsque vous mourrez). Une jolie façon de ne pas nous laisser poser la manette tant on reste emporté dans le récit du jeu qui d'ailleurs a pris de l'ampleur et de la profondeur. 

Un récit profond à l'écriture subtile

À lire aussi

Si God of War : Ragnarök parvient à nous captiver, c'est aussi et surtout (en plus de sa réalisation) grâce à son scénario d'une richesse inouïe. Souvenez-vous, dans le précédent opus, on apprenait différentes choses sur notre spartiate à la Hache Léviathan et aux Lames du Chaos. Depuis ces révélations, quelques questions subsistent. Comment évolue sa relation avec son fils Atreus ? Quel sont les enjeux de cette nouvelle aventure ? Le Ragnarök va-t-il avoir raison de notre héros et de sa progéniture ? 

Une chose nous marque dans ce récit : la relation entre Atreus et son père. Celle-ci est fascinante. On sent beaucoup d'émotion entre ce duo. Un peu à la manière de Joel et Ellie dans The Last of Us. De quoi humaniser un peu plus Kratos, pourtant connu pour son caractère autoritaire. Conscient des pouvoirs de son fils, qui a bien grandi depuis le précédent épisode, Kratos apparaît comme plus doux et protecteur envers Atreus. Les deux doivent s'unir pour affronter une menace terrifiante. 

via GIPHY

Un gameplay affiné pour une expérience plus jouissive

Une véritable extase. Manette en main, vous allez prendre un immense plaisir à contrôler Kratos afin de charcuter les différents ennemis du jeu. Le système de jeu, déjà très convaincant à l'époque, reste quasiment inchangé par rapport au God of War de 2018. Les développeurs ont cela dit pris soins de rajouter quelques éléments de gameplay bien trouvés afin d'offrir une maniabilité encore plus nerveuse. 

Les enchaînements de coups se font très facilement et procurent une véritable jouissance. Santa Monica ayant conservé l'aspect RPG du jeu, il vous est possible d'améliorer vos armes ou bien d'arborer de nouvelles armures, grâce à un arbre de compétences. Vous aurez ainsi la possibilité de broyer vos adversaires de différentes façons. Et autant dire que la force de Kratos se fait ressentir. Certaines de ses actions sont d'une brutalité folle. Les séquences de QTE (quick time event) restent présentes lors des coups fatals et procurent un sentiment de toute-puissance.

God of War : Ragnarök est un grand jeu à n'en pas douter. Santa Monica Studio nous livre un nouveau joyau qu'il serait dommage de ne pas parcourir si vous possédez la dernière console de Sony. Bénéficiant d'une bande-son sublime (et d'un doublage sonore parfaitement réussi), d'une histoire riche en rebondissements, de personnages attachants, d'une réalisation gracieuse et d'un gameplay solide, le titre saura sans nul doute vous surprendre. Pour autant est-il meilleur que l'épisode paru en 2018 ? Oui, très clairement. Même si l'effet de surprise reste moindre par rapport à la claque reçue il y a de cela quatre ans, ce nouvel opus n'en reste pas moins épique.

Pour information, Fun Radio vous offre le jeu dès la semaine prochaine dans Cartman sur Fun Radio et Bruno sur Fun Radio, sur la console de votre choix (PS4 ou PS5). 

Les plus

- Les graphismes à tomber par terre 
- L'écriture solide du scénario
- La relation entre Kratos et Atreus
- Le gameplay affiné 
- Un univers riche et cohérent (9 royaumes à parcourir)
- La bande-son épique (la VF est excellente, même si la VO reste bien meilleure)
- La durée de vie conséquente (comptez plus de 30h de jeu pour boucler l'aventure principale) 
- Les combats de boss toujours aussi épiques et jouissifs

Les moins

- L'effet de surprise est moins présent que dans le précédent opus
- Le bestiaire un poil moins varié que dans le précédent opus 
- Certains environnements moins inspirés que d'autres 

La rédaction vous recommande
À lire aussi